Ateliers collectifs de reconversion professionnelle

Être à son juste emploi

Comment casser le lien travail/torture/esclavage* pour aller vers l’épanouissement et le plaisir dans sa vie professionnelle ?

Comment incarner ses valeurs au quotidien ?

Comment mettre son énergie au service d’une société plus juste, qui respecte à la fois la Terre et ses limites, et les êtres humains, à commencer par soi-même ?

Comment transformer nos passions en gagne-pain ?

Comment faire ce qu’on aime, être là où on est le plus compétent, apporter une réelle plus-value sociétale, tout en recevant une contrepartie juste et équitable en temps utiles ?

Être soi-même, confiant dans ses savoir-faire, ancré dans son pouvoir, faire sincèrement de son mieux, et se donner les moyens nécessaires, en relation avec les autres, c’est cela être à son juste emploi !

On est tous différents, complémentaires. Cette diversité est une richesse. La nouvelle société qui est en train d’émerger a besoin de chacun d’entre nous pour relever les défis colossaux actuels (énergétique, climatique, sociaux, de gouvernance, de biodiversité, etc). C’est quand on fait ce qu’on aime, ce qui a du sens, ce qui nous donne envie de nous lever le matin, dans un contexte de bienveillance et de respect, qu’on est le plus efficace.

Dans nos ateliers de reconversion professionnelle,

– nous avons conscience de vivre dans un monde en mutations, avec ses crises et ses opportunités. Des changements importants sont nécessaires et sont déjà en cours.

– Nous écoutons nos émotions (météo), nos ressentis, nos intuitions, nos corps.

– Nous nous soutenons mutuellement.

– Nous expérimentons comment être un individu assertif au sein d’un groupe bienveillant.

– Chacun rêve sa vie professionnelle, en se projetant dans un futur positif.

– Chacun est invité à utiliser l’un des outils présentés ci-dessous pour avancer dans son cheminement au moment adéquat.

– Nous recherchons l’équilibre, la cohérence, interrogeons nos incohérences (et apprenons à vivre avec certaines d’entre elles).

– Nous cherchons comment « aller vers » notre idéal. Le chemin peut comporter des tournants. Ce qui compte, c’est le chemin et ses étapes.

– Chacun est acteur de sa vie. C’est vous qui changez votre vie professionnelle. Ici, ce sont juste des rendez-vous ponctuels pour dynamiser le processus, le questionner, le faire rebondir. C’est en dehors que se feront les différentes démarches (recherches d’infos, contacts, répondre aux questions, etc) ou pas …

– Chacun peut venir aux ateliers, même s’il n’a pas avancé en dehors (liberté de ne pas participer).

Les avantages du groupe :

– rendez-vous, rythme pour avancer

– écoute et retours sur l’état d’avancement

– soutien mutuel (encouragements)

– sentiment d’appartenance (non, mon projet n’est pas absurde!)

– co-consultants (on est tous des experts en …), confiance en soi

– partage de compétences, connaissances, de réseaux

– partenariats futurs

– rythmes différents, conscience de nos différences, malgré nos points communs

– résilience : s’adapter encore et encore

Groupe de 2 à 6 personnes. Généralement, on avance efficacement sur 3 projets maximum par séance. Si la météo le permet, nous pouvons décider de nous installer dehors dans la nature.

Les outils utilisés :

partage de la parole structuré inspiré des intelligences collectives

– jeux coopératifs

– dessins / mind map / brainstorming

– ancrage

– météo intérieure

– éléments de théorie (soit par l’animatrice, soit par un membre du groupe)

– tirage d’une carte (issue du jeu Dixit par exemple) avec une intention et écoute de ce que le dessin inspire

– lors de la 1e séance, méditation guidée pour « rêver » sa vie professionnelle

– transition intérieure ou éco-psychologie (gratitude, flèches d’or/flèches noires, « si j’étais à ta place », phrases ouvertes, …)

Les points qui peuvent être abordés selon les attentes des participants :

– mes valeurs, mes rêves, mes objectifs

– mes compétences (+ celles que je peux acquérir) // ce que je (n’)aime (pas) faire

– mes limites, mes contraintes actuelles

– ce qui me donne de l’énergie et ce qui pompe mon énergie, comment privilégier les premiers

– identifier les freins et comment les lever ou réorienter le projet

– tester la cohérence et congruence entre le projet et les valeurs, objectifs, réalités, etc

– donner du sens à ce qui se passe (synchronicités / il n’y a pas de hasard)

– si nécessaire, analyse swot forces/faiblesses/opportunités/menaces avec vision systémique

Les étapes possibles :

Situation initiale

Ressentir une envie de changement

Se poser pour se projeter dans le futur

Rêver une ou plusieurs vies professionnelles futures

Définir concrètement un/des projets

Allers-retours entre le rêve et les implications concrètes

Faire des choix (fermer des portes)

Réaliser le projet : faire un plan d’action, rencontrer les partenaires (au sens large), etc

(À ce stade, si vous souhaitez créer votre entreprise, vous êtes redirigés vers un organisme spécialisé et agréé, comme par exemple Step by Steppes ou AGÈS pour les projets collectifs)

L’animatrice :

– Bernadette Leemans 42 ans,

– de la région de Liège et du Plateau de Herve (pas loin de Verviers)

– études de philosophie, logistique, quelques cours d’économie à l’ULg, CréaPME + économie sociale, éco-conseil, analyse transactionnelle, un peu de théâtre, écriture, slam, écrivain public

– expérience professionnelle dans des secteurs très divers : multinationales, PME, TPE, dactylo chez un avocat, associatif socio-culturel, 2 communes, coordinatrice d’asbl jusque 10 travailleurs depuis 10 ans

– accompagnement à la création d’emploi ou de projet professionnel : mon ancien compagnon, mes collègues aux Fougères, une vingtaine de clients/amis en individuel

– maman de 2 (pré-)adolescents

– animatrice de stages pour enfants (grandes histoires d’amour)

– participante puis animatrice en intelligence collective depuis quelques années

– généraliste

– fonctionne en réseaux instinctivement

– sans oublier un élément qui fait partie de moi, en lien avec mon chemin chamanique, spirituel, mais qui apparaîtra peu dans ces ateliers (sauf si vous en faites la demande) : la reliance à la Terre, à l’Univers. L’humain n’est pas au centre, il n’est qu’un des éléments du système. Soyons humbles.

* étymologiquement, le mot « travail » vient d’un mot latin qui signifie « torture »

Et si vous, lecteur, vous savez comment faire disparaître tous ces interlignes inopportuns dans WordPress, merci de m’envoyer un message via le formulaire dans contact. :-))

Publicités